Eveil Spirituel
Cher invité,
L'entièreté de ce forum te sera accessible lors de ton inscription,pour l'intimité et le respect de chacun des participants et seulement pour cette raison.:o)
Laisse ton intuition te guider dans ce choix et si tu remarques que ce lieu ne te convient pas,sous simple demande de ta part je supprimerais ton compte car chacun est libre de visiter ce lieu et d'y sortir comme il l'entend.

Je te souhaite une bonne journée et un chemin de vie heureux.

Sylvie.

Eveil Spirituel


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Votes de janvier
Mer 6 Fév - 13:06 par Sylvie

» clic animaux
Lun 4 Fév - 9:19 par sylvaner

» l'apocalypse après l'énergie de l'amour
Dim 3 Fév - 16:19 par Sylvie

» Annonce générale.(votre avis)
Mar 29 Jan - 5:49 par Sylvie

» Bon
Lun 28 Jan - 9:32 par mjo

» PRIERE
Dim 27 Jan - 16:08 par mjo

»  O.M.
Dim 27 Jan - 16:07 par mjo

» message angélique!
Sam 26 Jan - 9:28 par ANNA MARIA

» Invoquez Raphael !
Ven 25 Jan - 11:58 par mjo


Partagez | 
 

 Berthe de la roche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pascal

avatar

Masculin Buffle
Messages : 1649
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 44
Localisation : Binche
Emploi/loisirs : Sans
Humeur : Moyenne

MessageSujet: Berthe de la roche   Lun 26 Mar - 5:58

Bonjour tout le monde voici une petite légende bien belge.

Berthe de la roche

Les légendes «accrochées» à des châteaux en ruines sont parfois suspectes. On peut les soupçonner d'avoir été inventées à des fins touristiques, ou d'être nées dans l'imagination d'un rêveur romantique, et non dans la tradition populaire transmise à la veillée de génération en génération.

Pourtant, les tours de schiste noir du château de La Roche-en-Ardenne, si solidement ancrées sur l'éperon rocheux qui domine la villette, gardent le souvenir d'une étrange tragédie restée vivante dans la mémoire des habitants de la région. Celle de la blonde Berthe, fille du seigneur du lieu.

Elle était douce et charmante. Sa délicatesse étonnait dans ce rude château. Maint jeune chevalier d'Ardenne, du pays de Liège, de Lorraine ou de Namur en était amoureux. Lorsque les damoiseaux venaient demander sa main à son père, elle était flattée, mais jamais conquise. Seule enfant du comte, veuf depuis plusieurs années, elle hésitait à le quitter, lui et le beau pays d'Ourthe. Quelque chose en elle était resté enfant. Il eut fallu un grand amour pour la décider. Les hommages qu'elle recevait lui étaient agréables, sans la bouleverser.

Pourtant, comme le comte se sentait vieillir, il dit à Berthe:
- Je n'ai jamais voulu, comme tant d'autres pères le font, t'imposer un époux. Mes forces déclinent. Je n'ai pas de fils. Il faut que toi-même et le comté soyez protégés par un chevalier loyal et fort, qui sache vous faire respecter. Puisque ton cœur n'a pas encore parlé, obéissons à la décision des armes. Je te propose d'organiser un tournoi selon les règles de la vraie chevalerie. Le vainqueur, si tu me donnes aujourd'hui ton accord, deviendra ton mari devant Dieu et devant les hommes.

Berthe se rendit à l'avis de son père. Ce qu'il lui avait dit était la raison même. Mais elle restait inquiète. N'aurait-elle pas dû choisir elle-même, plus tôt, parmi ses soupirants, dont plusieurs étaient bien aimables. Le tournoi serait-il vraiment, comme on le disait alors, le «jugement de Dieu» ? N'allait-il pas donner la victoire à un aventurier, ou à un rustre ?

La joute fut annoncée dans tous les châteaux et les villes, des confins de France à ceux d'Allemagne. Nombreux furent les chevaliers qui s'y préparèrent, tant était grand le renom de la beauté et du charme de Berthe de La Roche.

Celle-ci, un jour, se promenait à cheval sur le chemin, au-delà de la chapelle Sainte-Marguerite. Toute à ses pensées anxieuses, elle ne dirigeait pas sa monture, qui trébucha sur une souche. La bête étant déséquilibrée, Berthe serait tombée sur les rochers si, prenant le cheval au mors, une poigne ferme ne l'avait redressé.

C'était celle de Waleran de Montaigu, venu voir de ses yeux la jeune comtesse, objet du tournoi. Distraite, elle ne l'avait pas entendu approcher.

Sauvée d'une chute dangereuse, Berthe regarda Waleran. Jamais elle n'avait vu plus beau chevalier. Waleran avait fière allure, avec dans le regard quelque chose à la fois de hardi et de tendre. Les deux jeunes gens furent éblouis l'un par l'autre. La fraîcheur et la fragilité de Berthe avaient séduit Waleran au premier coup d'œil. Comme elle le remerciait pour son aide, il comprit que jamais il ne se lasserait d'entendre cette jolie voix. Berthe invita Waleran à partager son repas au château. Les jeunes gens s'y parlèrent peu, mais se regardèrent beaucoup. Ils se revirent plusieurs fois et s'avouèrent leur amour.

- Comme c'est dommage, dit Berthe. Si je vous avais rencontré plus tôt, mon sort ne dépendrait pas du tournoi.
- Ne craignez rien, Berthe, je gagnerai le tournoi.

Ce n'était pas là vaine vantardise ou présomption d'amoureux. Waleran était aussi adroit que brave. Mais une vertu de chevalier lui manqua: la franchise. Il n'osa pas dire à Berthe qu'il était fiancé. Devait-il en être si honteux? Ses fiançailles avec la brune, l'ardente Marie de Salm, étaient le résultat d'un marchandage entre son père et celui de Marie, qu'il n'avait jamais aimée avec passion. Hélas, l'héritière du comté de Salm était violemment éprise du beau Waleran. Elle vit s'espacer les visites de son fiancé, et sentit qu'une gêne remplaçait la tendresse du jeune comte de Montaigu. Elle s'en plaignait à lui, l'interrogeait, mais il répondait évasivement.

Un jour, le boîtier que Waleran portait à son cou s'ouvrit. Une mèche de cheveux blonds en tomba. C'est ainsi que Marie de Salm apprit pour qui battait le cœur de son fiancé.

Dans une scène de violente jalousie, elle le maudit, lui promettant une vengeance terrible. Waleran quitta le château de Salm, à la fois soulagé et inquiet. Mais il ressentait surtout la joie d'avoir retrouvé sa liberté. Entre ses visites à la douce Berthe de La Roche, il se prépara au tournoi.

Le jour de la grande épreuve, dans un pré richement paré de bannières et de tentes armoriées, toute la jeune noblesse d'Ardenne, de Lorraine, de Liège, du Namurois et même de la lointaine Champagne était présente.

Waleran ne s'était jamais senti plus sûr de lui. Il portait, sous son armure, un petit mouchoir de dentelle blanche que Berthe lui avait donné comme talisman. Il avait désarçonné tous ses adversaires et allait être proclamé vainqueur du tournoi, lorsque le héraut d'armes annonça la venue d'un nouveau chevalier qui refusa de dire son nom. Cuirassé d'acier noir, l'inconnu montait un cheval d'ébène avec l'élégance altière d'un vrai gentilhomme. Mais il semblait frêle à côté de ceux que Waleran avait vaincus. Sans inquiétude, Waleran piqua des éperons et se mit en place pour la joute. Ce fut la plus rude de tout le tournoi. Son ténébreux adversaire esquivait les coups, avec une souplesse diabolique, et jouait de sa monture avec autant d'aisance que s'il s'était agi de ses propres doigts.

Waleran, qui avait déjà nombre de joutes dans les reins, devint nerveux. À la dixième reprise, il lança son beau cheval blanc avec toute la force possible, et alla se jeter sur la lance de son adversaire qui venait de détourner la sienne aussi légèrement que dans une passe au fleuret. Violemment frappé en pleine poitrine, Waleran tomba sur le sol. On le crut mort, et Berthe devint blanche comme la dentelle qu'elle lui avait donnée. Le chevalier était assommé et ses amis le transportèrent, sans connaissance, sur une litière.

Avant le festin qui suivit, Berthe, désespérée, fut unie par mariage au chevalier noir qui refusa d'enlever son heaume, et même d'en lever la visière.

À l'issue du repas, bruyant et somptueux malgré le malaise suscité par l'énigme du sombre chevalier, les jeunes époux furent conduits à la chambre nuptiale. Mais bientôt un cri perça le bruit de la ripaille et de la beuverie qui continuaient dans la grande salle. On se précipita vers le donjon qui dominait l'Ourthe. Le grand voile blanc de la malheureuse épousée y pendait, soulevé par le vent de la nuit.

Le comte de La Roche fit enfoncer la porte de la chambre. Elle était vide. À la lueur des lanternes et des torches, on découvrit, au pied du donjon, Berthe poignardée, sans vie. Le poignard était encore enfoncé dans son cœur. Il portait l'écusson aux deux saumons des comtes de Salm. Marie, déguisée en chevalier, s'était vengée de sa rivale. Et l'on dit que, chaque année, à l'anniversaire de ce tournoi tragique, un orage ébranle toute la région. Entre les éclairs, nombreux sont ceux qui ont cru voir, au donjon, flotter quelques instants le voile blanc de Berthe de La Roche.




Nous craignons les choses proportionnellement à l'ignorance que nous en avons.
Christian Nevell Bovee
Revenir en haut Aller en bas
pascal

avatar

Masculin Buffle
Messages : 1649
Date d'inscription : 18/08/2011
Age : 44
Localisation : Binche
Emploi/loisirs : Sans
Humeur : Moyenne

MessageSujet: Berthe de la roche   Lun 26 Mar - 6:07

Bonjour. J'ai oublié de citer ma source : mysterinseries.wifeo.com/legendes-belges.php



Nous craignons les choses proportionnellement à l'ignorance que nous en avons.
Christian Nevell Bovee
Revenir en haut Aller en bas
mjo

avatar

Féminin Messages : 4301
Date d'inscription : 18/08/2011

MessageSujet: Re: Berthe de la roche   Lun 26 Mar - 7:30

oh ! quel histoire !!

merci pascal !


Revenir en haut Aller en bas
Fabienne

avatar

Féminin Coq
Messages : 1174
Date d'inscription : 09/03/2012
Age : 48

MessageSujet: Re: Berthe de la roche   Lun 26 Mar - 11:05

Merci Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Sylvie
Admin
avatar

Féminin Chien
Messages : 10436
Date d'inscription : 17/08/2011
Age : 47
Localisation : Belgique
Humeur : plutôt positive :o)

MessageSujet: Re: Berthe de la roche   Lun 26 Mar - 12:27

Et ben....c'est bien moche comme histoire! Shocked
Mais délicieuse à lire,on a l'impression d'y être,j'adore! Very Happy

Merci Pascal!


"Je vais vivre ma journée de manière Divine,quelques soient les moments que je vais vivre aujourd'hui,je vais les traîter de manière Divine.
Chaque parole,chaque acte,chaque pensée seront justes au Nom Divin".

"Dans chaque chenille bat le coeur d'un papillon."

Revenir en haut Aller en bas
http://eveil.forumgratuit.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Berthe de la roche   

Revenir en haut Aller en bas
 
Berthe de la roche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienheureux Frédéric Ozanam et Bienheureux Alain de la Roche
» Un livre et un morceau de roche lunaire pour 700 Euros.
» roche à déterminer
» identification roche
» Une roche surprenante

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eveil Spirituel :: Cafétéria :: Histoires,mythes et légendes-
Sauter vers: